Arrêter de fumer


On considère qu’une personne est dépendante à la cigarette dès lors qu’elle se sent obligée de consommer ne serait ce qu’une cigarette par jour. En effet, le caractère quotidien prime sur le reste, même si le nombre de cigarettes et réduit, quitte à représenter qu’une seule cigarette par jour. 

Il existe différentes méthodes de sevrage du tabagisme. 

Tout d’abord en matière de pharmacothérapie, les patchs, ou timbres transdermiques constituent la méthode d’arrêt la plus connue et la plus utilisée. Il s’agit de substituts nicotiniques que l’on se colle sur le bras, et qui permettent la diffusion de nicotine, réduisant ainsi la sensation de manque. Ces patchs sont vendus en pharmacie, et uniquement sur ordonnances pour les mineurs. Ils peuvent se porter jusqu'à 24 heures et font effet dès 30 minutes d’application. 

Ensuite, il existe des méthodes qui portent le nom de thérapies comportementales et cognitives (TCC). On retrouve ici l’acupuncture. Il s’agit d’utiliser les procédés de la tradition chinoise tels que le positionnement d’aiguilles sur diverses zones du corps que l’on dit « sensibles », de manière à soigner la dépendance. 

D’autres actions dérivées sont également mises en place, telles que le laser ou l’électrostimulation. Il est toutefois difficile d’évaluer avec justesse les effets de l’acupuncture sur les personnes dépendantes au tabac, dans la mesure où la mise en place d’une étude à ce propos, qui permettrait de prendre en compte des variables précises soit onéreuse.

L’homéopathie est une TCC alternative à l’acupuncture. Le principal avantage de cette dernière est qu’elle propose des soins et des produits qui peuvent être remboursés par la Sécurité Sociale. De plus, l’homéopathie peut être complétée par d’autres méthodes de sevrage. Le traitement consiste à administrer aux patients des substances naturelles, qui prennent souvent la forme de gélules ou granules. Elles ont pour effet de diminuer leurs stress et leur irritabilité, de réduire leur prise de poids, tout en étant exemptes d’effets secondaires. 

Enfin, la méthode la plus courante reste l’arrêt franc décidé par le fumeur, qui arrête de fumer sans aucune aide, et par sa simple volonté. Des études ont montré que 3 à 5 % des personnes qui décident d’arrêter la cigarette et de s’y tenir pendant un an y parviennent.

Arrêter de fumer